Bannière colorée

Et si les moines inspiraient nos dirigeants ?

Date : 10 juin 2013 Catégorie,

IN002-T-moines

 

Et si les moines inspiraient nos dirigeants ?

Quel rapport peut-il bien y avoir entre des moines vivant reclus du monde extérieur et de l’agitation économique, et nos entreprises ?

Si cette question vous intrigue, lisez la suite…

 

 

Comme dans chaque période d’incertitude, face aux défis sociaux et environnementaux immenses qui se trouvent devant nous, le monde a besoin de dirigeants qui apportent une espérance et un souffle, et qui s’engagent avec détermination pour relever ces défis.

Nous assistons à la naissance d’une vraie tendance ou les chefs d’entreprises se penchent de plus en plus sur de nouvelles techniques de management et sur le bien-être en entreprise. Face à des problématiques de plus en plus complexes devant allier une baisse des coûts et une augmentation de la rentabilité, les dirigeants se sentent parfois dépassés et cherchent alors un moyen de prendre du recul afin de prendre la meilleure décision pour leur entreprise, leurs salariés et eux mêmes.

Comment trouver davantage de sens et de sérénité au quotidien quand les journées sont si chargées et l’exigence de profit à court terme de plus en plus pressante ?
Comment donner plus d’impact à son management ? Comment concilier son développement spirituel et la croissance de son entreprise ?

Sébastien Henry auteur du livre « Quand les décideurs s’inspirent des moines » s’efforce de répondre à ces interrogations. Le titre pourrait laisser songeur…
Qu’est-ce que des moines vivant reculés du monde extérieur et de l’agitation économique auraient à voir avec nos entreprises ? Et puis finalement, on prend conscience à la lecture du livre qu’il s’agit d’une tendance de fond. On réalise qu’il y a au sein des entreprises un besoin de se recentrer sur de nouvelles pratiques managériales, un besoin de créer de nouveaux rapports, de changer les relations professionnelles.
Cet ouvrage vient finalement offrir de nouveaux outils pour étayer cette tendance, il permet d’effectuer un travail sur soi et on réalise alors que le développement spirituel des moines peut être une aide aux managers et aux dirigeants. Etre dirigeant, c’est aussi faire l’expérience de la solitude et du silence, lorsque, face aux décisions à prendre pour l’entreprise, un peu de recul et de méditation se font sentir, ou lorsque l’on peine à expliquer à ses proches ses dilemmes. L’intérêt de cette solitude est qu’elle puisse devenir nourrissante.

L’auteur s’attelle à mettre ensuite en valeur d’autres principes tels que la prière et la méditation pour revenir à l’essentiel. L’étude des textes sacrés pour souligner l’importance de la lecture ou la redécouverte d’ouvrages ou d’articles qui nous sont chers, ou le rôle de l’obéissance au sein d’un groupe en tant que facteur de progrès. L’une des expériences monastiques les plus marquantes à travers l’ouvrage est certainement la pauvreté.

En ces temps où les rémunérations des dirigeants sont souvent pointées du doigt, la circonspection face à l’adoption de cette valeur chez les dirigeants est de mise. Sébastien Henry met en réalité l’accent sur les valeurs de sobriété et de partage. Mais quelle attitude adopter face aux logiques d’accumulation frénétiques, face aux ratios de rentabilité, ou encore face à l’impératif de liquidités ? Les problématiques entrepreneuriales, à la limite de l’inextricable, sont relativement bien exprimées, ce grâce à l’expérience de l’auteur, étant passé lui-même à la tête d’une société ayant connu la crise.

Effectuer un travail d’introspection régulier, permet de nous amener à une prise de recul sur nos actions et notre quotidien. Nous réalisons que nous en avons largement le temps au quotidien, qu’il n’y a pas besoin de s’isoler totalement durant de longues minutes pour s’adonner à la méditation.

Les dirigeants d’entreprise en particulier ont la chance de détenir un pouvoir rare à l’échelle de l’histoire : pouvoir de communiquer leur idées dans l’instant, d’influencer la vie de milliers ou même de centaines de milliers de personnes à travers le monde.

La rapidité des échanges, les nouvelles problématiques managériales et la conjoncture économique font partie des problèmes auxquels les dirigeants sont confrontés quotidiennement et constituent donc la majorité de leurs préoccupations.

Ces valeurs rejoignent directement un sujet dont nous entendons beaucoup parler depuis quelques temps : la pénibilité au travail. La notion de bien-être au travail est depuis quelques années récurrente et s’invite même dans les plus importantes décisions politiques.
Cette recherche de l’amélioration de la qualité de vie au travail n’est donc pas nouvelle mais tend à se généraliser, et la méditation devient alors un excellent moyen de se détacher quelques instants de la réalité.

Par ailleurs, cette vision rejoint les propos de Simon Sinek (dont nous vous proposons de retrouver la vidéo dans la rubrique +LIKE) d’après lui il faut se concentrer d’abord sur le « Pourquoi » avant de parler du « Comment » et du « Quoi ». En une phrase, il ne suffit pas de savoir ce que l’on fait et comment le faire pour réussir, le plus important est de savoir pourquoi on le fait !
Revenir aux fondamentaux et ainsi présenter les raisons de notre action. S’inspirer des moines et observer certains de leurs principes devient alors un excellent moyen de mettre en œuvre ces valeurs vers lesquelles de plus en plus de personnes tendent à se diriger.

Cette nouvelle tendance, nous fait repenser à la célèbre phrase « le 21ème siècle sera spirituel ou ne sera pas » qui pressentait déjà à l’époque un recentrage des individus sur certaines valeurs.

A méditer …